Transgedy

Création 2001

Solo pour Alessandro



Transgedy.jpg


Chorégraphie
Caterina Sagna
Interprète
Alessandro Bernardeschi 

Production
Vif du sujet / SACD / Festival d'Avignon 2001




___________________________________________________________________________________________________

Comment avez-vous vécu jusqu'alors le rapport au solo dans votre cheminement d'interprète ? Vous avez choisi de travailler avec Caterina Sagna. Comment en êtes-vous arrivé à ce choix ?
Alessandro Bernardeschi : C'est la première fois que j'interprète un solo, cela faisait un moment que j'y pensais. Cette proposition est donc une véritable opportunité et j'en suis tout àla fois content et ému.
J’avais déjà travaillé avec Caterina Sagna en 92 dans “Le sommeil des malfaiteurs”. Ce que m’intéresse énormement dans son travail, c’est sa façon de conjuguer danse et interprétation théatrale pour que chaque geste ne soit jamais gratuit mais bien rempli de sens et de necessité.
Puis nous nous sommes retrouvés au début de cette année pour La Signora, repris au Théâtre de la Bastille en mai dernier. C'est à ce moment que j'ai demandé à Caterina de chorégraphier un solo pour moi. Il y avait aussi de la curiosité de ma part de savoir comment elle capterait l'énergie masculine puisque ses solos étaient jusqu'à présent écrits pour des femmes.

Pouvez-vous nous parler du passage entre " se chorégraphier en solo " et créer un solo pour un autre que soi ? Comment abordez-vous ce passage ?
Caterina Sagna: Alessandro est quelqu’un de différent de moi de fait de ses origines, de son parcours, de son travail, de ses qualités, ce qui me permet de déboucher sur de nouvelles énergies, de nouveaux désirs. Une fois ces désirs repérés (intimes et personnels), le défi consistera à les transférer dans le corps d’ un autre. 
J’aurai accompli cette tâche seulement si j’arrive à conduire Alessandro jusqu’au point de lui faire ressentir une “necessité” vis-à-vis de cette création.
J’aimerais que cette occasion puisse faire partager à d’autres (Alessandro) le processus qui transforme le désir de créer dans une urgence intime.

Comment allez-vous préparer le travail ? Comment imaginez-vous les premières séances de " répétition " ?
Alessandro Bernardeschi et Caterina Sagna: Nous avons répété à Venise et avons travaillé sur l'interprétation tragique au sens de la tragédie à partir de personnages de Shakespeare alliant la complexité et la précision.
L'interprète doit s'investir à fond dans une direction et jouer en alternance sur le fait qu'il incarne un personnage tout en étant lui-même le personnage.




___________________________________________________________________________________________________

« Pourquoi pas une histoire mais mille histoires ? Parce qu'il n'y a plus à simuler et à encadrer, mais à faire déferler, le plus amplement, minutieusement et rapidement possible, la narration et sa mémoire qui vont de l¹horreur au comique, du constat de mort répété à l'état mystique, de l'information à la méditation catastrophique, du biologique au métaphysique en passant, kabbalistement, par la dérision, l'obscénité et, bien entendu, le tragique. » 
Philippe Sollers, Présentation de Paradis
___________________________________________________________________________________________________

Soudain inspiré, un danseur en crise de création se laisse transporter par un dialogue entre trois personnages Shakespeariens. Avec le vocabulaire de son corps et l¹intensité de son identification, il incarne le dialogue tragique jusqu¹au bout dans une lutte entre l¹impuissance de ses efforts et la nécessité de capturer le public. 
Caterina Sagna 
___________________________________________________________________________________________________



A) Vas-y, maintenant ! Avoue franchement ton péché : tu dois mourir ! 
C'est à cause de la lune: Elle fait devenir fous les hommes. 

B) Bonne nuit, mon Seigneur. 

A) Tu dois mourir ! Je reviens ! Coupez-lui la gorge dans l'église ! 

B) Tuez-moi demain.

A) Tout de suite ! Je le ferai moi-même ! 

C) Les ténèbres protègeront ce crime monstrueux ! 

B) Quelques minutes encore 

C) Vous êtes la Reine ! 

B) Oui ! Oui ! Oui ! 

C) Non ! Non ! Non ! (Il la tue) 

B) Oooh (Elle meurt) 

A) Je veux mourir aussi, maintenant ! (il se tue) 

C) Voilà. C'est fait. Il n¹y a que moi qui reste. Seul.